JAM (Michel Boisvert) artiste chercheur en arts visuels au Québec

Portrait

Page web: https://www.jam.quebec

Courriel: michel@jam.quebec


Démarche artistique 19 septembre 2022

 

Ce qui caractérise la démarche de l’artiste chercheur JAM, c’est le rapport qu’il fait entre l’humain dans la société et l’art comme instrument d’observation. La structure de construction de l’œuvre est définie dans son rapport avec le message inscrit dans l’œuvre.

La recherche principale de JAM comme artiste chercheur est celle entreprise dans l'observation de ses contemporains qui lui sert pour construire une multitude de recherches plus spécifiques comme par exemple sa recherche sur le genre humain comme espèce intelligente qu'il défini ici sous forme de texte:

HUMEUR

Définition : L'humeur est un état d'âme persistant. Elle diffère des émotions en ceci qu'elle est moins spécifique et moins influencée par des évènements récents, même si des émotions telles que la peur et la surprise sont des sentiments parfois sévères et pouvant durer des heures, voire des jours. L’humeur agit au sein de l’humanité sous forme systémique. (La systémique est une manière de définir, étudier, ou expliquer tout type de phénomène, qui consiste avant tout à considérer ce phénomène comme un système. (Système définition : Un ensemble complexe d’interactions, souvent entre sous-systèmes, le tout au sein d'un système plus grand. Wikipédia)

Ça m’a pris toute une vie pour comprendre.

Je parle de comprendre ce qu’est l’humain.

On peut prétendre comme individu au sein de l’humanité être intelligent autant qu’on le veut, l’esprit humain comme espèce n’est pas intelligent. L’esprit humain est une bête féroce incapable d’agir intelligemment. L’être humain agit et réagit par humeur.

L’intelligence en comparaison est une situation de réflexion, d’analyse, et d’étude de faisabilité. Il n’y a pas d’humeur dans l’intelligence.

Les conséquences liées aux agissements par humeur sont défavorables aux prises de décisions intelligentes. Peu importe comment et pourquoi l’intelligence existe dans l’humanité, elle n’a jamais le dernier mot. Il y a toujours une action basée sur l’humeur qui va intervenir et détruire ce que l’intelligence a construit.
L’humeur remporte dans le temps son combat contre l’intelligence.

Il ne faut pas se leurrer. L’humain dans sa totalité est un ignorant, incompétent, qui agit exclusivement sous la peur dans une attitude de vénération. L’humanité qu’on explique comme étant l’ensemble des individus provenant d’une copulation entre genre d’une même espèce (Espèce définition : Nature propre à plusieurs personnes ou choses, qui permet de les considérer comme appartenant à une catégorie distincte.) définie comme humain n’est pas intelligente. Ce qui est intelligent dans l’humanité ce n’est qu’une quantité infime d’individus.
L’intelligence dans l’ensemble humain est attribuable à la capacité du reste des individus de pouvoir copier ce que les intelligents disent. C’est par copiage que le genre humain existe sous forme intelligente.

  

L’artiste Michel Boisvert (JAM) utilise l’acronyme de ses 3 prénoms comme signature sur les œuvres qu’il produit à partir d’une recherche portant sur un sujet social comme par exemple, « La pollution , « La pauvreté » « L’exploitation humaine » ainsi de suite.  L’artiste utilise des matériaux de tous les genres mais il se concentre surtout sur les matériaux qui ont déjà du vécu dans la société.  
L’attachement aux matériaux est essentiel pour fabriquer une œuvre à partir d’une recherche. L’artiste recherche un sens à donner au suivi de la première vie du matériau. 
Par exemple, lorsqu’il utilise le sou pour décrire la pauvreté, il conçoit un personnage qu’il incorpore à des objets trouvés qu’il récupère pour l’ambiance, la mise en scène du personnage. Lorsqu’il utilise la patate pour décrire le personnage dans la pauvreté, il cherche avant tout à trouver une correspondance entre la réalité et la mort. 

Faire du sens en art est essentiel pour cet artiste. Mais pas faire du sens comme une direction à suivre dans le réel, mais faire du sens au niveau de l’origine de la pensée provenant de l’âme humaine. Autrement il considère le sens imposé en art comme un piège pour l’artiste. Il défend la morale en art pour quiconque s’aventure en création. Faire du sens en art c’est s’objecter au sens de produire une œuvre pour un autre objectif que celui de rendre grâce à l’âme comme une sorte de prière pour que les humains évoluent hors de leur sens haineux, leur addiction à l’argent et aux profits et principalement leur peur de devenir plus humains au sens du partage intelligent.

 


 

Lisez aussi le projet "L'art pour la pauvreté" le projet de COOP"



 

Pour traduire ce texte, copier et coller le dans https://translate.google.fr

Ou installer le logiciel de traduction suivant sur votre ordinateur: https://www.toucharger.com/macintosh/bureautique/traducteur/

Ou encore mieux utiliser avec Chrome le logiciel de traduction vocale suivant: https://speechlogger.appspot.com/fr/


Retour à la page principale